girardin.jpg (12422 bytes)

                                                       Emile de GIRARDIN

                                                    (1806 Paris - 1881 Paris)

 

 

Emile de Girardin, alors jeune journaliste, lança l'hebdomadaire Le voleur en 1828. Il souhaitait offrir aux lecteurs un aperçu large de l'actualité, en proposant une revue de presse composée d'une sélection des meilleurs articles parus dans les journaux. Il créa également en 1829 La mode, un des premiers journaux féminins et en 1831 Le journal des connaissances utiles, un mensuel pratique sur le jardinage et l'agriculture. En 1831, il épousa Delphine Gay, romancière et poètesse, qui avait en outre le sens politique. Sans doute sous son influence, il décida de choisir la circonscription de Bourganeuf pour présenter sa candidature à la députation et, pour se donner une implantation locale, il acheta le château du Verger. De tendance monarchiste, il fut élu en 1834 à 28 ans. Pendant son mandat, il révolutionna le journalisme en  fondant le quotidien La Presse en juillet 1836. L'abonnement annuel, à 40 francs, était moitié moins cher que celui de ses concurrents grâce à l'introduction de la publicité, des annonces et des romans-feuilletons. Le journal comptait parmi ses rédacteurs Hugo, Balzac, Dumas, Gautier et Delphine de Girardin y écrivait des Lettres parisiennes. En 1836, Emile de Girardin combattit et tua en duel, à la suite d'une polémique de presse, Armand Carrel, directeur du journal républicain le National.

Il fut réélu en 1837. Accusé d'escroquerie en 1838, il dut démissionner mais fut acquitté et réélu la même année. Battu en 1839 après avoir été invalidé pour la raison qu'il serait né en Suisse, il retrouva son siège en 1842. La monarchie de Juillet étant ébranlée, il démissionna en février 1848 et se rallia à la République mais fut battu aux élections d'avril et l'année suivante quitta la Creuse en vendant le château du Verger.

Il fut élu député de la Seine à l'élection partielle de 1850 puis fut exilé après le coup d'État du 2 décembre 1851, mais il revint en France au bout de deux mois et  reprit la direction de La Presse. Il s'en détacha  en 1866 pour acheter la Liberté, journal qui se fit le défenseur de l'Empire libéral. Après la chute de l'Empire, il acheta Le Moniteur universel et Le Petit Journal et soutint en 1872 la politique de Thiers. En 1874, il racheta le quotidien La France. Il mourut en 1881, année du vote de la loi  instituant la liberté de la presse en France. Opportuniste politique, remarquable homme d'affaires, Emile de Girardin est considéré comme le fondateur de la presse moderne.

 

accueilpage précédente